Éditorial: Vendredi 13, la pandémie

Vous n’auriez certainement pas été intéressés à ce que j’avais à dire il y a deux jours.

Il m’arrive très, très rarement d’écrire ces éditoriaux à la dernière minute. Mais cette fois l’expression est à prendre au sens propre et non figuré : nous sommes vendredi matin et je profite du premier moment de calme de ma semaine pour écrire ce texte, qui sera publié tout de suite après.

Aujourd’hui, il n’y a aucun doute que nous vivons dans le futur. D’heure en heure, nous sommes confrontés à des situations entièrement nouvelles. Si un auteur avait décrit l’actuelle pandémie de COVID-19 dans un roman l’an dernier, cela aurait assurément été de la science-fiction.

Peut-être que cela explique les réactions excessives de certains. Inconsciemment, est-ce que notre cerveau cherche à appliquer la structure en trois actes à l’actualité, et s’imagine que cela se terminera par une attaque de zombie ou le couronnement de l’antéchrist?

Je connais très peu de gens qui ne possèdent aucune routine dans leur vie. Très souvent, ceux qui passent pour désorganisés ou chaotiques sont ceux qui obéissent le plus à leur routine : une personne qui arrive systématiquement en retard au travail car elle se couche à trois heures du matin possède en vrai une vie très structurée! Ce n’est pas la peur de tomber malade qui déstabilise beaucoup de gens, mais davantage la perte de leur routine habituelle.

Mais ce qui sera intéressant de voir dans les prochains jours, c’est à quel point, et à quelle vitesse, nous nous adapterons à une nouvelle réalité. Lorsque tout reviendra à la normale, cela nous semblera presque bizarre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *